Plantes Médicinales et Aromatiques en Aveyron
Domaine en Agriculture Biologique et Biodynamique depuis 1986


RCF Radio, novembre 2018: "Fabien Jouan, jardinier, partons visiter le jardin des roses"

Ici, le format court (5 minutes) d'une émission réalisé par la radio Antenne d'Oc de Figeac, et diffusé dans toutes les radios locales de la région Occitanie.

1h30 d'émission à l'origine programmée sur les ondes d'Antenne d'Oc, et retraçant, en compagnie de DIdier, mon père, l'histoire des jardins, tout cela au son des musiciens joueurs de Kora acceuillis cette semaine là dans les gites du Mas de Jammes, par un beau soleil du mois de mai 2018.
Merci à Antenne d'Oc, à Didier, et bonne écoute..


Le Ruthène, mai 2018: "Le Jardin de Jammes, fruit de la passion"


La Depeche du Midi, avril 2018: "Didier Vallet en conférence"

Vendredi 20 avril, à 20 h 30, à La Bastide-l'évêque (salle des fêtes), à l'initiative du réseau intercommunal des médiathèques Aveyron Bas Ségala Viaur, sera organisée une conférence. Le thème retenu en sera «Les Rapports entre l'homme et la plante : l'apport de la biodynamie». C'est Didier Vallet, ancien président du Syndicat d'agriculture biodynamique et paysan spécialisé dans les plantes et la biodynamie, qui l'animera. La tenue de cette conférence fait suite à l'échange de graines qui est organisé chaque printemps par le réseau des médiathèques Aveyron Bas Ségala Viaur.

Cet ancien producteur-cueilleur de plantes médicinales, présent sur le marché de Villefranche-de-Rouergue pendant de nombreuses années, se consacre désormais à la transmission de son savoir-faire.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/13/2779019-didier-vallet-en-conference.html

 

Au programme de l'exposé de Didier Valler : les différences et similitudes entre le monde végétal, le monde animal et l'Homme : la notion d'êtres vivants, l'immobilité des végétaux, mobilité des animaux et de l'homme, horizontalité des animaux, verticalité des plantes et de l'homme.

Le jardinier et l'agriculteur-éleveur de plantes détaillera aussi les différences qui existent entre plantes sauvages et plantes cultivées, les rythmes planétaires et la culture des plantes, qu'est-ce que produire ses semences (règles à respecter).

Enfin, il évoquera les plantes et la santé : santé végétale, santé animale et humaine.

Après la conférence, un moment d'échange est prévu. Didier a une longue expérience de la culture de plantes et de légumes. Ce sera l'occasion pour les participants de lui poser des questions sur ces différentes thématiques.


La Depeche du Midi, octobre 2017: "Un stage unique de musique dans la campagne villeneuvoise"

Le Mas-de-Jammes. Un petit hameau blotti sous les collines du Ségala, en dessus de la gare de Villeneuve. On y arrive par un petit chemin où le goudron s'y absente par plaques. C'est pleine campagne, avec une ferme de plantes médicinales cultivée (en bio dynamique) depuis une trentaine d'années par Didier Vallet. Son fils, Fabien Jouan, y a ouvert deux gîtes. Ruraux, bien entendu. «Je pratique l'accueil touristique familial» (http ://priskastudio.wixsite.com/lemasdejammes).

Il reçoit aussi des stages. Ainsi, cette semaine, il a accueilli des musiciens venus apprendre à jouer (ou à se perfectionner) de la kora, un instrument de musique à cordes traditionnel d'Afrique de l'Ouest.

Adam et Kathy Doughty enseignent la kora en Casamance. Ils fabriquent aussi des instruments. «La kora, c'est notre vie», dit ce couple d'Anglais. Après avoir animé des stages à Larnagol, et une fois à Salles-Courbatiers, ils ont décidé de s'installer cet été au Mas-de-Jammes, bénéficiant d'une quinzaine de places d'hébergement et d'un lieu tranquille pour répéter. «Les musiciens jouent seuls. Nous devons disposer de petits espaces isolés les uns des autres», expliquent Adam et Kathy Doughty. «Ici, c'est magique», apprécient-ils.

https://www.ladepeche.fr/article/2017/10/01/2656390-un-stage-unique-de-musique-dans-la-campagne-villeneuvoise.html

 
 

Pendant une semaine, une quinzaine de musiciens a investi ce coin de campagne. Des stagiaires venant de toute l'Europe. «Allemagne, Suisse, Angleterre, France, et même du nord de la Finlande», détaille Fabien Jouan. Pourquoi un tel succès ? «Des stages comme celui-ci, avec de tels spécialistes de kora, il y en a très peu. C'était un stage assez unique.»

Il doit être renouvelé l'an prochain. Avec même une double édition : une au mois de mai et l'autre à la fin de l'été. Et un concert de fin de stage pourrait même être donné.


CFM Radio, février 2013: "Didier Vallet nous parle de ses Jardins"


Friture, mars 2006: "Didier Vallet, le pari biodynamique"


La Dépeche du Midi, juillet 2003, "C'est bio pour la santé !"

«L'hiver dernier, à la Salvetat, il y a eu une conférence sur les plantes médicinales. La salle était pleine. Quelqu'un a alors lancé: si ça marche comme ça, pourquoi pas organiser un marché? Le comité des fêtes s'en est mêlé, la mairie aussi... Et voilà », raconte Francis Saurel, maire de Lescure-Jaoul. Ouvrir les étals aux plantes, aux produits biologiques et naturels... Le projet est en passe de se concrétiser. Et la petite graine semée au printemps promet une récolte fructueuse, gourmande mais aussi instructive (lire ci-dessous).

Sur la liste des exposants de ce premier rendez-vous figure Didier Vallet. Au Mas de Jammes, à Villeneuve, cet ancien professeur du lycée Beauregard cultive des plantes selon les méthodes biodynamiques. Il y a 13 ans, il est passé de son potager familial au maraîchage avant de se consacrer uniquement aux plantes. En plein champ sur 1,5 ha. « C'est la biodynamie qui m'a donné envie d'être agriculteur » explique-t-il. Très complète, la discipline repose en premier lieu sur la compréhension écologique de l'environnement, « les liens et les interactions entre les végétaux, les animaux et l'homme »: « C'est un principe de base: observer d'abord les réactions et la croissance d'un écosystème pour ensuite cultiver en dérangeant le moins possible l'ordre des choses. Au niveau de la méthode, on utilise des substances naturelles dynamisées, à petites doses, comme en homéopathie, pour prévenir et corriger les déséquilibres ». Basée sur le temps, la délicatesse, le respect des cycles et de la terre, la démarche est à cent mille lieux des notions d'exploitation et de rentabilité. Et ce qui est bon pour la nature, l'est évidemment pour soi. « C'est redevenir un paysan dans le noble sens du terme, c'est baser son travail sur la sensibilité, la sensation, le bon sens. Du haut des tracteurs et derrière les ordinateurs, des agriculteurs perdent hélas de vue tout cela », observe-t-il.
TROUVER LA BONNE PLACE

Petit à petit, à coups d'essais, il a su conjuguer les facteurs pour que ses plantes s'épanouissent. Il a fallu pour cela trouver la bonne place: « La biodynamie, c'est être relié à l'environnement. Ce n'est pas par hasard si l'ortie pousse le long des murs des maisons où est tombée de la chaux, près de la ferraille ou d'un ancien tas de fumier. Ces matières en disent long sur ses besoins. Si tu la plantes n'importe où, elle poussera peut-être mais elle n'aura pas la même force et les mêmes propriétés ». Didier Vallet cultive une cinquantaine de variétés médicinales, aromatiques ou condimentaires. Dont le romarin ou le thym méditerranéen qui poussent aujourd'hui à l'état sauvage, sur son bout de causse villeneuvois, au milieu des cailloux dont ils raffolent. « C'est sûr, ils sont moins gros!», rigole-t-il mais ils sont à leur place et savent en être reconnaissants pour le bien être des humains.






https://www.ladepeche.fr/article/2003/07/21/125197-c-est-bio-pour-la-sante.html

 

produits certifiés en agriculture biologique
Paiement sécurisé
moyens de paiement sur les Jardins de Jammes
Frais d'envoi à partir de 6.15€
Livraison offerte à partir de 50€ d'achat !
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE DES JARDINS !
Le blog des Jardins : les derniers articles parus